Entretien avec David Méndez Yépez, un artiste belgo-péruvien

 

Auteur-compositeur-interprète, David Méndez Yépez est un artiste complet. D’origine péruvienne et désireux de faire découvrir son pays et plus généralement l’Amérique latine et ses identités multiples, il proposera des spectacles à bord du World Explorer en 2024.

Commençons par quelques mots pour vous présenter…

David Méndez Yépez : Je m’appelle David Méndez Yépez, je suis auteur-compositeur et interprète. Mes deux parents sont péruviens et le conflit armé au Pérou les a empêchés de rentrer après la fin de leur doctorat en Belgique. C’est la raison pour laquelle j’ai grandi en Europe. Ma formation est très académique à la base, c’est celle d’un économiste. Ma carrière musicale ? Elle a débuté avec mon projet Chicos y Mendez et s’est concrétisée par un album qui a rencontré un joli succès et une belle tournée. C’était une heureuse surprise, une aventure assez inattendue dans laquelle je me suis pleinement lancé à partir de 2018 avec des concerts en Europe, à l’Ancienne Belgique, une salle mythique de Bruxelles, et plus récemment au Pérou, en Équateur, au Mexique. C’est une musique que je définirais comme « latine alternative », à la croisée des chemins entre l’Europe et l’Amérique latine avec des influences clairement liées à mon histoire familiale et à mes racines. En parallèle, je me suis également intéressé au théâtre en réalisant la musique de plusieurs pièces.

J’écris en ce moment une première pièce de théâtre, Recordar, c’est vivre à nouveau, pour laquelle j’ai gagné un concours du ministère de la Culture. Ceci  me permet de poursuivre activement la création de celle-ci, en collaboration avec ma sœur et une belle équipe artistique. La première est prévue à Bruxelles en mars 2024.

Pouvez-vous nous parler de votre musique et des influences multiples qui la caractérisent ?

David Méndez Yépez : Dans ma famille, la musique a toujours eu une place très singulière, celle notamment de panser les peines de mes parents qui ne pouvaient rentrer au Pérou. Je me souviens de week-ends où elle emplissait la maison de joie. La musique a une fonction sociale qui est celle de donner du courage, un souffle vital qui aide à vivre. Et c’est ce que j’essaie de faire avec ma propre musique. Chanter cette multiculturalité, c’est quelque chose qui surgit presque inconsciemment, naturellement. C’est ma manière de vivre mon identité. Moi qui réside dans un pays où cohabitent le français, le néerlandais et même l’allemand, chanter en espagnol - la langue des émotions, celle de l’intime pour moi - c’est à la fois cultiver mes racines latino-américaines et les partager. J’aborde souvent dans mes textes des thématiques assez difficiles mais qui sont contrebalancées par une rythmique plus solaire. J’essaie alors d’insuffler une force, un élan pour soutenir ceux qui cherchent à améliorer la société. Et la question migratoire, le thème de la fraternité, de la nostalgie, de l’égalité de genre, les thématiques sérieuses, je les chante avec sincérité mais sans me prendre trop au sérieux.

Vous avez des origines péruviennes, quel portrait dresseriez-vous de ce pays ?

David Méndez Yépez : Du fait de mon histoire familiale et de l’éloignement, j’ai cultivé une vision assez romantique de ce pays, même si je connais ses difficultés et sa situation politique complexe. Dans l’une de mes chansons, Parte de mí, je parle de la relation à mes origines péruviennes. C’était très émouvant de tourner le clip à Caraz, une petite ville des Andes péruviennes d’où vient mon papa. Le Pérou, c’est un pays merveilleux, un véritable continent avec une extraordinaire diversité entre la côte, les Andes et la jungle amazonienne. Là-bas, les populations indigènes ont su préserver leur musique, leur gastronomie, leurs rituels, leurs traditions. C’est vraiment une culture vivante, actuelle, qui se vit au quotidien. Je me rappelle d’un concert dans une école au Pérou où pour m’accueillir certains élèves jouaient du cajón, une percussion afro-péruvienne que les esclaves, privés de tambours, ont inventé en transformant les caisses en bois qu’ils utilisaient dans les plantations. C’est pour moi une véritable allégorie de l’histoire péruvienne et plus largement latino-américaine : le symbole de l’oppression devient un moyen d’expression artistique. Et aujourd’hui les enfants continuent de jouer du cajón, on l’enseigne même dans les écoles !

Les Péruviens ont conservé la fierté de leur héritage préhispanique et un rapport ambigu avec l’empire espagnol. Il existe une tension entre la culture indigène et celle issue de la colonisation, entre un Occident vu comme la modernité et les traditions amérindiennes… Tout cela crée aujourd’hui une véritable richesse. C’est une société faite de contradictions, une société métissée dans son immense majorité et c’est ce qui la rend si intéressante, je dirais même poétique.

Comment êtes-vous entré en contact avec Rivages du Monde ?

David Méndez Yépez : C’est lors d’un de mes concerts à Bruxelles que j’ai rencontré Alain Souleille. Il m’a proposé de collaborer avec Rivages du Monde, en m’accordant une totale confiance. J’ai visité en juin dernier le World Explorer lors d’une croisière en Norvège et découvert toutes les possibilités de ce bateau et les trois espaces dans lesquels il me sera possible de proposer des projets culturels. Même si je ne suis pas spécialiste de toute l’Amérique latine, je partage une envie de faire découvrir ce continent et je pense que la littérature et la musique sont de merveilleux outils pour faire connaître ces pays et leurs cultures.

Quels spectacles allez-vous proposer à bord ?

David Méndez Yépez : J’aime adapter mes interventions au public devant lequel je me produis, choisir mes thèmes, les chansons en fonction également de la destination et du lieu où nous serons. Je serai à bord durant quatre croisières depuis les Antilles jusqu’à Valparaiso et proposerai entre deux et trois spectacles par croisière. Dans l’auditorium, j’envisage de partager un extrait de ma pièce de théâtre qui sera déjà montée à ce moment-là. Il s’agit d’un témoignage qui s’inspire de l’histoire de ma famille, des années de conflit armé au Pérou et du fait d’être latino-américain en Europe. En mots et en musique, j’ai cherché dans cette pièce à montrer l’universel de ces thématiques à partir d’un cas singulier et personnel. Dans le salon Explorer, je proposerai un concert avec mes compositions et dans le salon Observation, un récital intimiste qui mêlera poésie latino-américaine et musique.

Crédits photos : © Kmeron © Eléonore Coyette

David Méndez Yépez

Auteur-compositeur-interprète, David Méndez Yépez est un artiste complet. D’origine péruvienne et désireux de faire découvrir son pays et plus généralement l’Amérique latine et ses identités multiples, il proposera des spectacles à bord du World Explorer en 2024 : un extrait de sa pièce de théâtre, un concert et un récital intimiste qui mêlera poésie latino-américaine et musique seront notamment au programme durant nos croisières maritimes en Amérique latine.

David Méndez Yépez World Explorer

Vous aimerez cette croisière

Croisière Panama - Colombie - Equateur - Pérou
Croisière Panama - Colombie - Equateur - Pérou
Amerique

Routes culturelles

Croisière Panama - Colombie - Equateur - Pérou
  • Vol inclus
  • 10 jours / 8 nuits

Découvrez : Panama, Colombie, Equateur, Pérou, PACIFIQUE

Prochain départ :

09/10/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Octobre

Voyagez à bord du :

World Explorer

World Explorer

À partir de

5200 €

Croisière de Lima à Valparaiso
Croisière de Lima à Valparaiso
Amerique

Routes culturelles

Croisière de Lima à Valparaiso
  • Vol inclus
  • 10 jours / 8 nuits

Découvrez : Pérou, Chili, PACIFIQUE

Prochain départ :

17/10/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Octobre

Voyagez à bord du :

World Explorer

World Explorer

À partir de

4938 €

David Méndez Yépez à bord du World Explorer

Copyright © 2024-present Magento, Inc. All rights reserved.