Vienne, capitale de la Sécession

Le renouveau artistique viennois à l’orée du XXe siècle

 

À l’orée du XXe siècle, la capitale autrichienne devient un centre culturel majeur. Quatrième ville d'Europe et véritable laboratoire créatif, Vienne connaît une incroyable effervescence artistique. Peinture, architecture, musique, littérature... De nombreux artistes décident de rompre avec le classicisme et se retrouvent dans la Sécession viennoise, la version de l’Art nouveau de la capitale danubienne.

Petite histoire de la Sécession viennoise

Influencée par l’Art nouveau qui se développe en Europe à la fin du XIXe siècle, la Sécession viennoise est un mouvement artistique fondé le 3 avril 1897 par des peintres, sculpteurs et architectes autrichiens. Le designer Koloman Moser, le peintre Gustav Klimt et les architectes Otto Wagner et Josef Hoffman en sont les plus illustres représentants. Tous se retrouvent dans ce qu'ils appellent « l'Apocalypse joyeuse » où chacun se place sur un même plan d’égalité, à une époque où la peinture occupe le premier rang. « À chaque âge son art, à chaque art sa liberté. » Voilà la devise du mouvement dont l’objectif est alors de créer un art total qui unifie peinture, architecture et arts décoratifs, en rupture avec le conservatisme des salons officiels et de l’Académie des arts de Vienne. Première œuvre architecturale et symbole du mouvement, le bâtiment de la Sécession, conçu par Joseph Maria Olbrich, a accueilli les expositions de ces artistes. Le groupe se dote également d’un magazine officiel, Ver Sacrum. Outre la peinture et l’architecture, la Sécession viennoise s’exprime dans l’ameublement et les arts décoratifs (tapis, lampes, papiers peints…), la verrerie, les vitraux ou la céramique. En 1905, certains membres, dont Klimt et Wagner, en désaccord avec la mise à l’écart des arts décoratifs quittent la Sécession viennoise, mais le mouvement continue d’être actif jusqu’à nos jours.

Le temple viennois des arts nouveaux

La Sécession viennoise est soutenue par la ville de Vienne qui met un terrain à sa disposition en plein centre-ville, sur la Wienzeile près du Naschmarkt où sera érigé un an après sa création un hall d’exposition moderne de style Art nouveau. Un édifice qui fait aujourd’hui partie des incontournables de la capitale autrichienne et qui abrite La frise Beethoven. Cette immense fresque murale réalisée par Klimt, figure de proue de la Sécession viennoise, pour la toute première exposition de l’association en 1902 dédiée au compositeur, exprime son émotion à l’écoute de la Neuvième symphonie. Une œuvre majeure de l’artiste où l’ornementation va prendre le dessus sur le sujet - deux conceptions parallèles de la composition pour deux arts différents. L’utilisation de l’or va préfigurer son chef-d’œuvre Le Baiser qui le représente avec sa compagne Emilie Flöge. Déjà à l’origine de plusieurs scandales, cette frise sera une nouvelle fois l’objet de vives critiques au nom de la morale. Comme souvent, la représentation crue de corps nus non dénuée de charge sexuelle ne passe pas auprès de la très conservatrice société viennoise.

Vienne capitale innovante

Devenue un centre de création artistique majeur ou bouillonnent les idées nouvelles, Vienne attire alors les artistes et intellectuels du monde entier et de toutes les provinces de son empire qui forment dans la capitale un formidable brassage de cultures. Outre leurs œuvres, la Sécession viennoise a permis aux Viennois de découvrir ce qui se faisait ailleurs à travers l’Europe, notamment en France et en Belgique. Van Gogh, Gauguin ou Rodin, pour ne citer qu’eux, seront exposés dans leur hall d’exposition. Dans le même temps, à cette période extrêmement productive, la scène musicale est dominée par Gustav Mahler puis par l'école de Vienne autour de Schönberg, Berg et Webern qui inventent un nouveau langage et déconstruisent à leur tour le classicisme et la tonalité. La littérature brille également avec notamment Stefan Zweig tandis que Sigmund Freud va donner naissance à la psychanalyse.

Si, contrairement à d’autres courants, la Sécession viennoise ne s’est jamais donné pour vocation d’aboutir à une révolution artistique, c’est pourtant bien ce à quoi elle est parvenue, marquant à jamais l’histoire de l’art. Une escale à Vienne lors d’une croisière sur le Danube permet de prendre la mesure de l’influence déterminante de la Sécession viennoise sur la physionomie de la ville. Du bâtiment de la Sécession au musée du Belvédère qui abrite une impressionnante collection d’œuvres de Klimt en passant par la station de métro Karlsplatz d’Otto Wagner, cette profusion artistique et architecturale vaut à Vienne d’être aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Crédits photos : © Michael © Boris B.17 © Magalie Soenen

Le bâtiment de la Sécession viennoise

Symbole de la Sécession viennoise avec son dôme doré et sa frise, ce bâtiment est l’œuvre de l’architecte Joseph Maria Olbrich, un élève d’Otto Wagner. L’édifice construit en 1897 était la première galerie exposant les œuvres de Klimt et des artistes du groupe. Avec l’avènement du nazisme, le bâtiment de la Sécession, synonyme d’art dégénéré, a été détruit. Il a été reconstruit à l’identique après la Seconde Guerre mondiale.

Le bâtiment de la Sécession viennoise

La station de métro Karlsplatz

L’architecte Otto Wagner a dessiné plusieurs gares pour le nouveau métro viennois au début du XXe siècle. La plus célèbre est sans doute la gare de Karlsplatz à laquelle a collaboré Joseph Maria Olbrich. Les formes géométriques des décors et des volumes sont la marque esthétique de la Sécession viennoise.

La station de métro Karlsplatz Sécession viennoise

Le musée du Belvédère et Gustav Klimt

C’est l’un des plus importants musées du monde ! Ce magnifique palais baroque abrite quelque 430 œuvres et la plus grande collection de peintures de Gustav Klimt dont le Baiser et Judith.

Le musée du Belvédère et Gustav Klimt

Le Baiser de Gustav Klimt

Le Baiser a été réalisé par Gustav Klimt entre 1908 et 1909. Peinture à l'huile sur toile recouverte de feuilles d'or, l’œuvre la plus célèbre du peintre emblématique de la Sécession viennoise est conservée au musée du Belvédère à Vienne. Son effet décoratif assumé et l’utilisation des feuilles d’or lui valent son incroyable popularité.

Le Baiser de Gustav Klimt

Vous aimerez cette croisière

Croisière Au Fil du Danube, les Portes de Fer - Budapest - Vienne
Croisière Au Fil du Danube, les Portes de Fer - Budapest - Vienne
Europe

Routes culturelles

Croisière Au Fil du Danube, les Portes de Fer - Budapest - Vienne
  • Vol inclus
  • 12 jours / 11 nuits

Découvrez : Danube, DANUBE

Prochain départ :

01/07/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Juillet, Septembre, Octobre
  • 2025 : Avril, Mai, Juin, Juillet, Septembre, Octobre

Voyagez à bord du :

M/S Amadeus Silver II

M/S Amadeus Silver II

À partir de

3290 €

La Sécession viennoise

Copyright © 2024-present Magento, Inc. All rights reserved.