Angkor, l’ancienne capitale de l’Empire khmer

 

Site aussi énigmatiques qu’impressionnants, les temples d’Angkor sont un passage obligé de tout voyage au Cambodge et de toute croisière sur le Mékong. Véritables emblèmes du Cambodge, les temples d’Angkor sont les témoins actuels d’une civilisation puissante, ingénieuse et raffinée, aujourd’hui disparue : l’Empire khmer qui a rayonné dans toute l’Asie du Sud-Est du IXe au XVe siècle. Situés en pleine forêt tropicale, à côté de la ville de Siem Reap et au nord du lac Tonlé Sap où font escale nos croisières sur le Mékong, les temples d’Angkor ont été patiemment restaurés durant les 150 dernières années, parfois pillés, et sont classés depuis 1992 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les temples d’Angkor et l’histoire de l’Empire khmer

Si les historiens datent la fondation d’Angkor au IXe siècle, les ruines aujourd’hui visibles ne constituent en réalité que la partie monumentale et donc bâtie en pierre d'une présence humaine remontant à l'âge du Bronze. C’est en effet avec l'Empire khmer, fondé au début du IXe siècle par Jayavarman II, et ses travaux hydrauliques qui feront la prospérité de la région, que les temples d’Angkor commencent à être érigés. Le site est alors choisi pour sa proximité avec le Tonlé Sap, lac apportant eau et poissons et pour les plaines fertiles alentours. En 879, Indravarman I fait construire en briques le Preah Kô, l’édifice le plus ancien encore visible aujourd’hui. Son fils, Yasovarman, entreprend de titanesques aménagements : construction de digues, édification de monuments désormais en pierre et de temples-montagnes… Dans les années 1130, Suryavarman II fait édifier Angkor Vat, le plus majestueux des temples d’Angkor. Avec l’un de ses successeurs, le bouddhisme mahayana devient la religion officielle et les constructions du XIIe siècle – le Bayon et le Ta Prohm entre autres - s’ornent de gigantesques visages du Bouddha. Puis en 1243 l’hindouisme s’impose à nouveau et de nombreuses sculptures du Bouddha sont détruites jusqu’au retour en force du bouddhisme theravada au milieu du XIVe siècle. Les constructions sont alors plus simples et n’ont pas résisté à l’épreuve du temps. Les guerres incessantes ravagent peu à peu l’Empire khmer et Angkor est abandonnée comme capitale en 1431 au profit de la ville de Phnom Penh.

Angkor, le « Versailles khmer »

Redécouverts en 1860 par le naturaliste français Henri Mouhot lors de la conquête de la Cochinchine par la France, les temples d’Angkor subjuguent à l’époque tous les visiteurs. La légende d’un « Versailles khmer », composé d’inquiétants temples noyés dans une épaisse jungle réputée impénétrable, édifiés au temps où les Capétiens construisaient les cathédrales, connaît au XIXe siècle un retentissement mondial. De nombreuses missions archéologiques se succèdent et à partir du début du XXe siècle, les temples d'Angkor sont patiemment restaurés notamment par l'École française d'Extrême-Orient. La Conservation d’Angkor a dû être fermée en 1973 à cause de la guerre civile qui déchira le Cambodge de 1970 à 1975, du régime de terreur instauré par les Khmers rouges jusqu’en 1979 et de la longue guérilla qui s’ensuivit. Depuis sa réouverture au début des années 1990, les chercheurs abordent le site sous un angle nouveau, interdisciplinaire, élargissant leur étude à la ville qui faisait vivre les temples.

Les découvertes, les travaux d’inventaire et de restauration des temples menés avant 1970 ont été remplacés, depuis trente ans, par de nouvelles préoccupations environnementales privilégiant la dimension hydraulique de la cité, sous-estimée jusqu’alors. Les programmes de développement associent aujourd’hui à Angkor la ville de Siem Reap, située à 8 kilomètres et porte d’accès aux temples, le très poissonneux lac Tonlé Sap, véritable mer intérieure cambodgienne, et la zone économique du grand Mékong. L’Autorité pour la protection du site et l’aménagement de la région d’Angkor (Apsara), créée en 1995, s’efforce de lutter contre les divers risques qui pèsent sur l’équilibre du parc archéologique : la dégradation des structures endiguées, l’épuisement de la nappe phréatique, la déforestation sauvage ou l’abandon des terres cultivées par les paysans. Par précaution contre le pillage, de nombreuses pièces sont aujourd'hui à l'abri au musée de Phnom Penh et une partie de la manne financière engendrée par les visites touristiques est utilisée pour la préservation des temples et les fouilles archéologiques actuelles.

Quels temples visiter à Angkor ?

Les temples d’Angkor forment un immense complexe archéologique qui s’étend sur plus de 400 km². La capitale khmer abritait plus d’un million d’habitants à son apogée. Aujourd’hui subsistent quelque 200 temples et des aménagements hydrauliques en tout genre - bassins, canaux, réservoirs, digues - , le tout enfoui dans une jungle luxuriante qui donne l’étrange impression de découvrir soi-même les ruines. Visiter les temples d’Angkor permet de saisir la puissance, la beauté et le raffinement de l’Empire khmer. Mais aussi sa complexité comme l’enchevêtrement géographique et chronologique de temples bouddhistes et hindouistes comme le Banteay Srei, sublime temple hindou en pierre rose dédié à Shiva.

Voici 6 lieux à découvrir absolument à Angkor lors de votre croisière sur le Mékong.

Crédits photos © Photorealistic © Ivan Mateev © Kal Van © XtravaganT © Emoji Smileys People © Luciano Mortula LGM © Ckchiu

Le Ta Prohm

Volontairement laissé en l’état, c’est-à-dire envahi par la végétation, ce monastère doit sa célébrité aux films Indiana Jones et Tomb Raider. Les racines enchevêtrées dans les pierres lui confèrent une aura toute particulière. Construit à la fin du XIIe siècle, le Ta Prohm est un temple monastère dédié au bouddhisme mahayana.

Le Ta Prohm temples Angkor

Le temple d’Angkor Vat

Immense, c’est le temple le mieux préservé d'Angkor et le seul à être resté un centre religieux initialement hindou puis bouddhiste. Angkor Vat est le plus grand monument religieux du monde. Construit au début du XIIe siècle, il se trouve au centre de trois galeries rectangulaires encastrées, elles-mêmes cernées d'un mur externe de 3,6 km de longueur et d'une douve rectangulaire de plus de 5 kilomètres.

Le temple d’Angkor Vat

La bibliothèque d’Angkor Vat

Ce bâtiment rectangulaire est connu comme la bibliothèque du temple d’Angkor Vat, terme utilisé pour nommer les édifices que l’on retrouve dans presque tous les jardins des enceintes extérieures des temples khmers. Ces bibliothèques sont toujours construites par paire de chaque côté du chemin menant au temple principal, avec leur ouverture à l’ouest et précédées d’une terrasse.

La bibliothèque d’Angkor Vat

Le Bayon

Le Bayon est considéré comme l’un des plus beaux temples d’Angkor avec ses 216 visages de bouddha répartis sur sa surface. Ce temple très original constitue l’élément central de la cité royale d’Angkor Thom qui abrite une dizaine de temples et les célèbres Terrasse des éléphants et la Terrasse du Roi lépreux.

Le Bayon temples Angkor

Le temple de Banteay Srei, la « citadelle des femmes »

Temple hindou dédié à Shiva, Banteay Srei a été édifié au Xe siècle et utilisé jusqu’au XIVe siècle. Littéralement Banteay Srei est la « citadelle des femmes » ou de la fortune, deux termes homonymes en langue khmer. Surnommé le temple rose, Banteay Srei est construit en grès rose avec une finesse et une complexité de détails unique en son genre. Il abrite les célèbres statues de danseuses célestes pillées par André Malraux en 1923 alors qu’il n’avait que 22 ans. Elles seront rendues puis restaurées l’année suivante.

Banteay Srei temples Angkor

Les danseuses Apsaras

Les figures de danseuses Apsaras sont très nombreuses dans les décors des temples d'Angkor. Une stèle du temple Ta Prohm indique que 615 danseuses vivaient dans l'enceinte de ce temple. C'est à partir des représentations anciennes des costumes et des positions - notamment des mains - de ces danseuses célestes que s’est perpétuée la tradition jusqu’à aujourd’hui.

Les danseuses Apsaras temples Angkor

Vous aimerez cette croisière

Croisière Au Fil du Mékong, de Saigon aux Temples d’Angkor
Croisière Au Fil du Mékong, de Saigon aux Temples d’Angkor
Asie

Routes culturelles

Croisière Au Fil du Mékong, de Saigon aux Temples d’Angkor
  • Transport inclus
  • 14 jours / 11 nuits

Découvrez : Vietnam , Cambodge, MEKONG

Prochain départ :

01/10/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Octobre, Novembre, Decembre
  • 2025 : Janvier, Fevrier, Mars, Avril, Septembre, Octobre, Novembre, Decembre

Voyagez à bord du :

R/V La Marguerite

R/V La Marguerite

À partir de

4450 €

Croisière Au Fil du Mékong, des Temples d’Angkor à Saigon
Croisière Au Fil du Mékong, des Temples d’Angkor à Saigon
Asie

Routes culturelles

Croisière Au Fil du Mékong, des Temples d’Angkor à Saigon
  • Vol inclus
  • 14 jours / 11 nuits

Découvrez : Vietnam , Cambodge, MEKONG

Prochain départ :

06/10/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Octobre, Novembre, Decembre
  • 2025 : Janvier, Fevrier, Mars, Avril, Octobre, Novembre, Decembre

Voyagez à bord du :

R/V La Marguerite

R/V La Marguerite

À partir de

4450 €

Les temples d’Angkor

Copyright © 2024-present Magento, Inc. All rights reserved.