Petit lexique des noms de bateaux de plaisance

 

Quand un bateau devient-il un yacht ? Un cargo est-il un navire ? Un vaisseau vogue-t-il encore en mer ou dans l’espace ? Autant de questions existentielles que vous vous posez tous ! Goélette, clipper, yacht, dériveur… entre évolution des dénominations et multiplicité des pratiques, petit lexique des termes associés à la navigation de plaisance et liste non exhaustive des noms de bateaux.

Tout est bateau !

Commençons par une évidence qui mettra tout le monde d’accord : tout ce qui flotte est un bateau, qu’importe sa taille ou sa fonction. Dans la rubrique des noms génériques, on peut aussi parler de navire ou d’embarcation qui ont remplacé le terme de vaisseau, aujourd’hui désuet et réservé à d’autres mythologies spatiales. Mais si vous dites à un yachtman, habitué des yacht-clubs où la richesse rivalise au luxe, que son bijou flottant n’est qu’un simple bateau, il risque de se vexer. Il ne faut pas tout mélanger ! Et il y a autant de marins plaisanciers que de façons de naviguer et il existe autant de noms de bateaux que de manières de pratiquer la navigation de plaisance.

De la caravelle à la goélette

Avant la plaisance, il y a eu les navires marchands et ceux qui ont écrit les grandes pages de l’histoire des Grandes Découvertes. Parmi les noms de bateaux qui ont marqué l’histoire, la caravelle, navire à voiles facilement manœuvrable à hauts bords et faible tirant d’eau, a été inventée par les Portugais au XVe siècle et utilisée par les grands navigateurs de l’époque . Véritable révolution pour la navigation, la caravelle a été supplantée aux XVIIIe et XIXe siècles par la goélette. Ce voilier équipé de deux à sept mâts, d’abord appelé schooner en anglais, est apparu tardivement vers 1740 dans le dictionnaire français, ainsi baptisé pour son aspect effilé qui rappelait le goéland. L'utilisation de noms d'oiseaux de mer pour désigner les navires est d’ailleurs fréquente, comme la frégate qui est également un oiseau de mer. La goélette a eu des usages militaires ou marchands, elle a servi de transport négrier, de bateau de pêche à la morue notamment au Groenland et en l'Islande. Mais attention, il y a goélette et goélette et autant de variantes que de noms de bateaux ! Le ketch se distingue par son mât avant plus petit que le mât arrière, le brick par ses voiles carrées, le brigantin par sa grande voile brigantine et le barquetin qui désigne une goélette à trois mâts… Si nous devions retenir une goélette fameuse, ce serait l’America qui en 1851 arracha aux Anglais la coupe que les Américains baptisèrent par la suite la Coupe de l'America.

Caractéristique de la deuxième moitié du XIXe siècle, le clipper, voilier à trois mâts doté d’une coque effilée, a été conçu sur la côte est américaine pour convoyer le plus vite possible des denrées périssables. Via le cap Horn, entre New York et San Francisco au moment de la ruée vers l'or, le terme clipper dérive du verbe anglais to clip signifiant "filer à vive allure".

Les bateaux de course

Voilà que font leur apparition parmi les noms de bateaux, les navires de course. C’est en 1697 que le pirate et aventurier anglais William Dampier décrit le premier catamaran aperçu par un Européen alors qu'il naviguait dans le golfe du Bengale. Avec ses deux coques parallèles, le catamaran (et plus tard le trimaran avec ses trois coques) permet d'aller plus vite et sera utilisé comme voilier de plaisance et de course. Autre navire de course, la yole est un aviron de mer, parfois doté d’une voile et d’origine néerlandaise. Parmi celles-ci la yole d'Aboville a été créée en 1982 pour faciliter l'initiation à l'aviron de mer par le navigateur Gérard d'Aboville.

Pour ceux qui ont pratiqué la voile, le dériveur est un nom de bateau bien connu ! Voilier monocoque, le dériveur possède une dérive rétractable. Conçu en 1947 pour l'usage des enfants, l'Optimist, l’un des dériveurs les plus populaires au monde avec plus de 150 000 bateaux officiellement enregistrés, rappellera des souvenirs à nombre d’entre nous.

Des noms de bateaux pour la plaisance

Revenons à nos bateaux de plaisance. La loi stipule : « La navigation de plaisance est une pratique de loisir ou sportive qui se pratique avec un véhicule nautique ». Le plaisir est donc à la racine de la plaisance, art de vivre sur l’eau motivé par une passion sportive ou ludique pour la navigation. De toute évidence, le cargo dont la fonction est utilitaire et commerciale ne rentre pas dans cette définition, de même que le porte-conteneur ou vraquier. Parmi ces activités nautiques, le yachting a supplanté un terme pourtant bien français mais passé de mode, le nautisme. L’offensive terminologique arrive de Hollande au XVIe siècle où le mot « jacht » désigne un navire rapide utilisé pour poursuivre les pirates. Et c’est en Angleterre au XVIIe siècle que ces bateaux sont popularisés lorsque le roi Charles II rentre de son exil néerlandais. Le terme s’est anglicisé et les yachts ont alors désigné les bateaux rapides servant aux voyages des souverains. C’est en 1831 que le terme yacht entre dans un dictionnaire français avec cette définition : « bâtiment de plaisance, ayant la distribution intérieure d'une petite maison, toutes les commodités pour le coucher, le manger. » Les aménagements, les finitions, la décoration, la présence de plusieurs cabines, d’un jacuzzi ou d’une piscine… en un mot le luxe, voilà ce qui distingue un yacht – à voile ou à moteur - d’un navire de plaisance et le yachting de la plaisance. Mais des subtilités parmi ces noms de bateaux existent et il ne faudra pas confondre un day-cruiser - bateau à moteur doté d’un avant pont abritant une petite cabine et d’un carré servant de bain de soleil - avec un cabin-cruiser – doté d’une cabine, d’une salle d’eau et d’une kitchenette permettant de passer plusieurs nuits en mer – ni avec une vedette à la fois habitable et confortable. La taille compte ! Au-delà de 15 mètres de long, lorsqu’il devient possible de loger plusieurs personnes à son bord pour des croisières au long court, on parlera de yacht. Au-delà de 50 mètres, on entre dans la catégorie exclusive des mégayachts et leurs extravagances : taille gigantesque, lignes racées, pistes d'hélicoptère, piscines ou salles de cinéma… Le Azzam et ses 180 mètres remporte aujourd’hui la palme du plus grand yacht du monde. Passée une certaine taille, ce qui différenciera le yacht du paquebot c’est que ce dernier est un navire à usage commercial spécialisé dans le transport de passagers en haute mer. Plus rien de privatif alors. Notons que souvent le yachtman accostera à terre grâce à un zodiac. Ne le confondez pas avec l’aéroglisseur dont la propulsion est aérienne !

Un nom de bateau pour chaque fonction et pour chaque région

Souvent la fonction détermine les noms de bateaux : le baleinier sert à la chasse à la baleine, le baliseur pose les bouées, le bac à fond plat permet de courtes traversées de rive à rive, de même pour le bateau-phare, le navire-hôpital, le pétrolier, le ravitailleur, le remorqueur, le canot de sauvetage, le caboteur qui ne s’éloigne jamais des côtes, le chalutier qui est un bateau de pêche et tire son nom du chalut ou filet de pêche, alors que corvette, cuirassé ou croiseur sont des navires militaires armés. Citons enfin le bateau-nettoyeur d’Yvan Bourgnon, catamaran aux visées écologiques.

Et à chaque région du globe ses noms de bateaux spécifiques. Le sampan se rencontrera en Asie du Sud-Est, la gondole et le sandolo à Venise, le tepukei en Polynésie, le trabaccolo cabotait avec ses deux mâts en mer Adriatique du XVe jusqu’au XIXe siècle, le walap petite pirogue à voile navigue dans les îles Marshall, le zarouk et sa belle voile triangulaire et la felouque vogueront en mer Rouge, la boutre au large de l’Arabie, le caïque en mer Noire, la dahabieh remontera le Nil… Autant de noms de bateaux que de régions sans parler des mille dénominations des bateaux de pêche.

Trouver le nom de bateau adéquat est une véritable galère pensez-vous ? Comme un esclave romain sur… une trière grecque ? Rassurez-vous, personne ne vous en voudra si vous utilisez le mauvais terme. Libre à vous de nommer votre radeau, votre rafiot ou votre barque un yacht si cela vous fait plaisir !

Crédits photos © Florian Chavanon

Vous aimerez cette croisière

Croisière Yachting en Croatie de Dubrovnik à Zagreb
Croisière Yachting en Croatie de Dubrovnik à Zagreb
Europe

Yachting

Croisière Yachting en Croatie de Dubrovnik à Zagreb
  • Vol inclus
  • 10 jours / 9 nuits

Découvrez : Croatie, MER ADRIATIQUE

Prochain départ :

09/05/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Mai, Septembre, Octobre

Voyagez à bord du :

Casablanca

Casablanca

À partir de

3950 €

Noms de bateaux

Copyright © 2024-present Magento, Inc. All rights reserved.