En coulisses : entretien avec Simon Rico

Notre conférencier à bord des croisières sur le Danube

 

Né en 1982 à Longjumeau dans l'Essonne, Simon Rico travaille pour Rivages du Monde depuis 2016 en tant que conférencier à bord de l’Amadeus Elegant, sur le beau Danube bleu. Notre directeur de croisière Frédéric Mathieu s'est entretenu avec lui. 

Débutons cette interview par quelques mots pour vous présenter…

Simon Rico : Avant d'être conférencier sur le Danube, je suis d'abord journaliste. Depuis une quinzaine d'années, je couvre les pays issus de l'ancienne Yougoslavie (Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Serbie, Kosovo, Macédoine du Nord) ainsi que l'Albanie, pour la presse écrite et la radio, en France, en Belgique et en Suisse. Cela m'amène à voyager un peu partout dans ces terres balkaniques et à rencontrer des gens et des histoires incroyables. Je suis aussi producteur l'été à France Culture où je m'intéresse aux rapports entre musiques populaires, histoire et société.

Décrivez-nous le parcours qui vous a mené jusqu'au Danube ?

S. R. : J'ai étudié la géographie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Après avoir soutenu mon Master 2 de recherche, qu'on appelait encore à l'époque un DEA, j'ai bifurqué vers le journalisme. Le rythme me convenait mieux : je suis touche à tout, j'aime avoir l'opportunité de m'intéresser à différents sujets sur un temps relativement court, voire en même temps... J'ai tenté des concours pour intégrer les prestigieuses écoles françaises de journalisme, que j'ai ratés.

J'ai finalement appris le métier sur le tas, au Courrier des Balkans, le média de référence en français sur l'Europe du Sud-Est. J'avais en effet effectué mon travail de terrain à Sarajevo lors de mon année de maîtrise et la région m'intéressait beaucoup : je voulais comprendre les guerres qui avaient ravagé ces terres durant les années 1990. Et pour tout vous avouer, je suis très content d'avoir évité les écoles de journalisme à cause de l'excessif formatage des étudiants. Au Courrier des Balkans, j'ai appris à adopter un autre regard et à ne surtout pas prétendre à une impossible objectivité. Un journaliste a un point de vue, et ça ne sert à rien de le cacher. Au contraire, je crois que revendiquer ce point de vue permet aux lecteurs de se positionner et de mieux pouvoir se faire leur propre opinion.

À côté des croisières sur le Danube, vous donnez aussi des conférences ailleurs ? Avez-vous d’autres activités et responsabilités et quelles sont-elles ?

S. R. : Bien sûr, je donne régulièrement des conférences sur les Balkans. Il n'y a pas beaucoup de spécialistes de l'ancienne Yougoslavie dans le monde francophone et avec mes collègues du Courrier des Balkans, nous sommes sollicités par différents acteurs (médias, institutions, etc.) pour apporter notre éclairage. Outre mon activité de pigiste, je suis en effet aussi l'un des co-rédacteurs en chef du Courrier des Balkans.

D’où vous vient cette passion pour les Balkans ?

S. R. : Bonne question ! Au vrai, c'est un peu le hasard qui m'a mené à m'y intéresser... Je n'ai aucune attache familiale avec ces territoires, mais il est vrai que les images des combats des années 1990, quand je sortais tout juste de l'enfance, m'ont beaucoup marqué. Chez moi, il n'y avait pas la télévision, donc ces images que je voyais chez mes grands-parents ou chez mes amis m'impressionnaient beaucoup. C'est aussi le moment où je suivais avec attention le travail des reporters à la radio.

En 2004, durant mon année de maîtrise, j'ai décidé de partir faire mon terrain à Sarajevo, pour voir et tenter de mieux comprendre ce qui m'avait tant marqué durant mon adolescence. Là-bas, ça a été un vrai choc, comme souvent lors d'un premier grand voyage je crois. Les témoignages étaient très puissants et les gens particulièrement accueillants. J'ai eu envie de revenir. Alors j'ai bu l'eau de la fontaine du Sebilj avant mon départ, et comme le veut la légende, il était alors acquis que je reviendrai... Et cela fait bientôt deux décennies que ça dure.

Vous avez fait plusieurs fois la croisière sur le Danube, comment se déroule la vie à bord  et votre activité de conférencier à bord de l’Amadeus Elegant ?

S. R. : C'est vrai que je commence à bien connaître cette croisière ! Je dirais qu'il n'y a pas seulement mon activité de conférencier qui m'occupe durant ces voyages, mais aussi celle de journaliste. Vous imaginez bien que je suis l'actualité au quotidien, et quand on couvre sept pays, de l'actualité il y en a beaucoup. Même si les Balkans ne sont plus guère à la mode dans les médias grand public francophones, il s'y passe toujours plein de choses, souvent étonnantes et détonantes.

Durant notre croisière par exemple, j'ai été en reportage à Belgrade où se déroule cette semaine l'EuroPride, la grande semaine européenne des fiertés LGBT. Peut-être que l'information vous a échappé, mais les autorités serbes ont décidé d'interdire la grande marche prévue samedi. En invoquant des raisons de « sécurité »... Et pendant qu'on parlait de ces prétendues menaces, on a bien sûr, évité de parler des multiples discriminations dont les membres de ces communautés sont toujours victimes dans le pays.

En ce qui concerne cette croisière Rivages du Monde « Au fil du Danube », quels thèmes de conférences allez-vous aborder ?

S. R. : Mes trois conférences (Le Danube, les Habsbourg et la Yougoslavie) sont construites pour se répondre les unes avec les autres. Pour moi, l'essentiel est en effet de donner des clés de compréhension sur les espaces que nous traversons durant les 12 jours de croisière. L'Europe centrale et les Balkans sont des terres méconnues dans l'espace francophone, dont on ne parle guère à l'école ni dans les médias. Or, ce sont des terres fascinantes où s'épanouissent des modèles politiques totalement différents de celui de la France. Ici, on met beaucoup en avant le respect des droits des minorités par exemple, ce qui diffère du modèle universaliste qui prévaut encore largement dans l'Hexagone. L'idée, dans mes conférences, c'est d'amener les gens à se poser des questions. Je trouve ça plus intéressant que d'arriver avec des réponses toutes faites.

Concernant le Danube, quel sont vos coups de cœur ?

S. R. : Vous imaginez que j'ai forcément une tendresse particulière pour les territoires situés sur la partie la plus au sud-est de son cours. Ce n'est sûrement pas la plus majestueuse du point de vue de l'architecture, mais c'est pour moi celle qui a le plus de charme. J'apprécie beaucoup Belgrade par exemple. Je m'y sens bien. Quand j'y arrive, j'ai un peu l'impression de rentrer à la maison. La vue sur le confluent entre le Danube et la Save est sublime, mais j'apprécie beaucoup l'architecture brutaliste de Novi Beograd, la ville édifiée à l'époque socialiste. Sans parler de Zemun, ces faubourgs qui bordent le Danube, où l'on déguste de bons poissons. Je dois aussi avouer un faible pour les Portes de Fer... Il faut dire que je rêvais de les découvrir depuis très longtemps : dans le Petit Larousse qui me servait de guide étant gamin, la photo qui en illustrait l'article m'intriguait beaucoup !

Crédit photos © Simon Rico © Wirestock-c © Joachim Press

Simon Rico

Né en 1982 à Longjumeau dans l'Essonne, Simon Rico travaille pour Rivages du Monde comme conférencier sur le Danube depuis 2016. Journaliste depuis une quinzaine d'années pour la presse écrite et la radio, en France, en Belgique et en Suisse, il est spécialiste des pays issus de l'ex-Yougoslavie. Co-rédacteur en chef du Courrier des Balkans, il est également producteur l'été à France Culture.

Simon Rico conférencier Rivages du Monde

Vous aimerez cette croisière

Croisière Au Fil du Danube, les Portes de Fer - Budapest - Vienne
Croisière Au Fil du Danube, les Portes de Fer - Budapest - Vienne
Europe

Routes culturelles

Croisière Au Fil du Danube, les Portes de Fer - Budapest - Vienne
  • Vol inclus
  • 12 jours / 11 nuits

Découvrez : Danube, DANUBE

Prochain départ :

01/07/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Juillet, Septembre, Octobre
  • 2025 : Avril, Mai, Juin, Juillet, Septembre, Octobre

Voyagez à bord du :

M/S Amadeus Silver II

M/S Amadeus Silver II

À partir de

3290 €

Simon Rico, conférencier Rivages du Monde

Copyright © 2024-present Magento, Inc. All rights reserved.