Visiter Tirana, capitale de l’Albanie

 

Au pays des aigles, en Albanie, Tirana est aujourd’hui une capitale dont le développement conjugue à merveille l’héritage d’un passé riche et tumultueux avec une incroyable appétence de modernité. Comme l’Albanie, Tirana est une ville en plein essor. Dynamique, la capitale de l’Albanie, Tirana, cherche à s’ouvrir sur l’extérieur, à faire preuve de créativité et de renouveau. Tirana est le principal centre économique, industriel et culturel de l’Albanie. Depuis l'ouverture démocratique de 1990, la capitale albanaise essaie en outre de développer une industrie du tourisme. Retour sur l’histoire singulière de Tirana et de l’Albanie.

Tirana au cœur de l’histoire de l’Albanie

Une visite de Tirana nous plonge au cœur de l’histoire insolite de l’Albanie. La première mention de Tirana apparaît dans un document vénitien datant de 1418. Ce n’est alors qu’un village qui ne deviendra une ville qu’en 1614 lorsque le général et gouverneur ottoman Sulejman Pacha Bargjini y fit construire une mosquée, une boulangerie et des bains turcs dans le but d’attirer des colons. Aujourd’hui encore la statue du fondateur de la capitale albanaise se dresse derrière l’opéra. Certaines sources affirment que Sulejman Pacha aurait nommé Tirana d’après Téhéran après avoir conduit des opérations militaires ottomanes en Perse. Tirana s’est développée comme un marché au carrefour des routes caravanières entre l’Orient et l’Occident.

Tirana conserve une taille modeste jusqu’au début du XXe siècle avec à peine plus de 10000 habitants. C’est avec les guerres balkaniques de 1912 que le destin de Tirana et de l’Albanie change radicalement en s’émancipant de la tutelle ottomane. Pays indépendant, l’Albanie érige Tirana en capitale temporaire en 1920 puis permanente en 1925 au détriment de Durres. C’est le coup d’envoi d’une formidable croissance pour Tirana. Mais non sans soubresauts ! Le roi Zog Ier (1928-1939) confie à des urbanistes italiens la tâche de repenser la ville. Entre 1939 et 1944, Tirana est occupée successivement par les Italiens puis les Allemands. À partir du 11 janvier 1946 et l’instauration d’une république populaire communiste dirigée par Enver Hoxha, l’aide financière et technologique de la Russie et de la Chine permet un essor planifié de Tirana et de l’Albanie. Nikita Khrouchtchev posera d’ailleurs la première pierre du futur opéra.

Au début des années 1990, la fin pacifique du communisme a grandement modifié la physionomie de Tirana mais l’instabilité politique a conduit a une paupérisation de la ville. Après 2000, le nouveau « maire aux pinceaux », Edi Rama, aujourd’hui premier ministre de l’Albanie, entreprend une modernisation et un embellissement de la ville qui s’est parée de mille couleurs. Construction d’un nouvel aéroport en 2007 et d’une voie express jusqu’à Durres ont permis un accès plus facile à Tirana dont l’agglomération compte désormais près d’un million d’habitants.

Une journée à Tirana

Alors que visiter à Tirana en Albanie ? La capitale albanaise est située à 27 km de la côte adriatique, au fond d’une plaine alluviale littorale. Une journée à Tirana débute toujours par la place Skanderbeg, le cœur de la ville, avec en son centre la statue du héros national, la mosquée Ethem Bey construite en 1789, le musée national dont la fresque « réaliste socialiste » retrace l’histoire mouvementée du peuple albanais et enfin l’opéra construit dans le plus pur style soviétique des années 1960.

Une promenade sur la grande artère principale de Tirana, le boulevard des Martyrs de la Nation construit par les Italiens dans les années 1930, permet d’admirer les beaux édifices administratifs aux tons ocre datant des années 1930, jusqu’à l’université de Tirana. La balade se poursuivra dans le quartier du « block », lieu de résidence de l’ancienne nomenklatura communiste, qui déborde aujourd’hui de vie, de bars et de restaurants à la mode.

Autour du nouveau marché de Tirana rénové en 2016, de nombreux cafés et restaurants aux terrasses animées offrent un déjeuner typique aux saveurs locales.

On ne peut visiter Tirana sans s’attarder un moment sur l’histoire récente de l’Albanie et la dureté du régime totalitaire d’Enver Hoxha : espionnage généralisé de la population albanaise, peur orchestrée et paranoïa conduisant l’Albanie à un isolement total. Dans ce tout petit pays, le dictateur a fait construire des milliers de bunkers pour protéger la population et le régime. Parmi ceux-ci, le gigantesque bunker anti atomique d’Enver Hoxha à Tirana mérite le détour avec sa salle de réunion, son centre de communication et ses appartements privés : le lieu fait froid dans le dos !

Mais Tirana ne se résume pas qu’à ça. Vivante et éprise de liberté, la capitale de l’Albanie s’est parée de couleurs :  le maire, lui-même artiste peintre, a lancé une campagne de « colorisation » des immeubles de Tirana, comme cette superbe façade orangée du ministère du développement urbain. Le street-art a également animé la physionomie de la ville : les transformateurs électriques sont devenus de véritables œuvres d’art représentant des personnages très variés, de Salvador Dali à Charlie Chaplin.

De la place Skanderbeg aux théâtres et mosquées, Tirana étonne les visiteurs avec ses larges trottoirs, ses terrasses animées, sa rivière verdoyante et ses façades peintes. Une ville gaie, vivante et accueillante à l’image de l’Albanie !

Crédit photos © Anna Artamonova © Jack Malipan © Paul Sat © Dudlajzov © Sforzza1 © Alla Simacheva

1. La place Skanderberg et la mosquée Ethem Bey

C’est le cœur de Tirana ! Cette vaste dalle de marbre est ceinte de bâtiments emblématiques : l’opéra, le musée national, la mosquée Ethem Bey, la tour de l’horloge…

Tirana Albanie place Skanderberg

2. La fresque du musée national

Symbole de l’héritage communiste, la façade du musée national d’histoire est surmontée d’une immense mosaïque de style soviétique. C’est le plus grand musée albanais, avec de riches collections archéologiques et de nombreuses icônes.

Tirana Albanie musée national

3. L’opéra

Voici le plus grand théâtre d’Albanie consacré à la musique et à la danse. Ouvert en 1953, cet édifice typique du style soviétique a grandement contribué au développement culturel de la capitale.

Tirana Albanie opéra

4. Le boulevard des Martyrs

Cet immense boulevard arboré conduit jusqu’à la très solennelle université de Tirana. Sur le trajet on découvre l’étonnante pyramide aujourd’hui à l’abandon et qui devait servir de monument à la gloire du dictateur.

Tirana Albanie boulevard des martyrs

5. Le quartier du Block

Changement d’ambiance ! Autrefois réservé aux dignitaires du régime, ce quartier branché concentre aujourd’hui la vie festive de Tirana entre bars et restaurants à la mode. La cloche de la Paix, inaugurée en 1999, a été coulée avec le métal des cartouches ramassées par les enfants à l'issue de la guerre.

Tirana Albanie le Block

6. Déjeuner au nouveau marché

Sous une moderne halle de verre et d’acier, vous trouverez toutes les saveurs de l’Albanie. Un bonheur des yeux et des papilles. Entouré de jolies façades colorées et de restaurants, ce marché est idéal pour se balader, déjeuner et faire des emplettes.

Albanie Tirana marché

7. Le Bunker Hoxha

Cet ancien bunker construit en secret dans les années 1970, immense et impressionnant, a été transformé en musée sur l’histoire de la dictature communiste : couloirs sombres, bureaux, auditorium… au total 106 pièces réparties sur 5 niveaux !

Tirana Albanie bunker Hoxha

Vous aimerez cette croisière

Croisière Yachting en Albanie, la méditerranée secrète
Croisière Yachting en Albanie, la méditerranée secrète
Europe

Yachting

Croisière Yachting en Albanie, la méditerranée secrète
  • Vol inclus
  • 8 jours / 7 nuits

Découvrez : Albanie, MER ADRIATIQUE

Prochain départ :

06/10/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Octobre
  • 2025 : Septembre, Octobre

Voyagez à bord du :

M/Y Variety Voyager

M/Y Variety Voyager

À partir de

4790 €

Tirana, Albanie

Copyright © 2024-present Magento, Inc. All rights reserved.