La mer dans tous ses états : le ressac

 

Le lexique de la mer est aussi varié que les innombrables états de l’océan. Aussi varié que compliqué à distinguer pour le néophyte. Tout le monde sait ce qu’est une vague évidemment. Mais une vague déferlante ? un courant d’arrachement, une lame, un roulis, une onde, un rouleau, une houle, un reflux… ? Autant de termes dont les nuances permettent de décrire la mer dans tous ses états et qui décrivent des réalités différentes. Aujourd’hui, c’est le mot « ressac » que nous allons définir.

L’étymologie du mot ressac

Moins connu que ses homologues lexicaux, les marins le connaissent pourtant bien. Notons que le ressac s’emploie généralement avec son antonyme le sac, si bien que l’on parle généralement du couple sac et ressac. Etymologiquement le mot ressac vient de l’espagnol « resaca », déverbal (nom issu d’un verbe) de « resacar » qui signifier retirer. Sac provenant du « sacar » espagnol que l’on peut traduire en français par tirer. Il s’agit donc d’un flux et d’un reflux de la mer ayant la particularité de tirer et retirer, d’enlever et de repousser à nouveau les objets se trouvant sur le rivage. Dans la littérature française, le terme « ressaque » apparaît pour la première fois en 1613 employé au féminin par Samuel de Champlain dans ses Voyages, ouvrage dans lequel le grand navigateur, fondateur de la ville de Québec, fait le récit de ses différentes expéditions au Canada. En 1687, le ressac apparaît sous sa forme actuelle au masculin dans le Dictionnaire des Termes propres de Marine de Desroches, lieutenant de vaisseau de Louis XIV.

Le ressac : définition et particularités

Le ressac peut se définir ainsi : le retour violent des vagues sur elles-mêmes lorsqu’elles se brisent avec un fort impact contre un obstacle. Rencontrant des rochers ou un banc de sable, les vagues forment alors une déferlante inverse. Ce reflux vers le large intervient après avoir frappé un obstacle dur, généralement une côte rocheuse. En hydrologie marine, le ressac est donc le mouvement inverse du flux ou du sac. La parenté avec le mot « saccage » souligne la violence de ce déferlement, amplifiée lors des marées montantes.

Le ressac peut déplacer les sédiments ou dépôts présents sur une plage, les transporter d’un rivage à l’autre ou vers le large, entraîner ce que l’on appelle un lavement des côtes. Le nettoyage par le ressac est une méthode qui exploite ce phénomène marin naturel et récurent notamment après une marée noire en déplaçant les sédiments souillés par des hydrocarbures vers la zone de déferlement.  

Le courant de ressac et ses dangers

Le mouvement antagoniste de sac et de ressac provoque un courant de ressac qui se comporte comme un fort courant de surface partant de la côte vers le large. Son intensité dépend de la marée, de la hauteur des vagues et des caractéristiques topographiques du rivage. La cassure des vagues contre les rochers retourne à la mer par un canal qui traverse les vagues. Ce courant de ressac est renforcé par la marée et plus dangereux à marée basse.

Suivant les sédiments ou les objets mobiles présents sur la plage, ces courants les entraînent rapidement vers le large ce qui permet de les repérer. Une couleur légèrement différente, une ligne de bulles, l’apparence d’une rivière perpendiculaire aux côtes sont les caractéristiques visibles qui identifient le courant de ressac. Le danger est réel. Le baigneur pris dans un courant de ressac doit éviter absolument de nager à contre-courant en direction de la plage risquant ainsi de s’épuiser en vain. Pour s’échapper de cette rivière qui ne mesure jamais plus de 10 mètres de large, il devra nager parallèlement à la côte.

Le ressac comme métaphore

Ce terme du vocabulaire océanographique et hydrologique s’emploie également de façon métaphorique. Par extension, le ressac exprime les conséquences négatives qui arrivent après la fin d'un événement ou d'une période. « Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes / Et les ressacs et les courants : je sais le soir. », écrivait Rimbaud dans son Bateau ivre. Un ressac qui va et vient, brise parfois des rêves et en construit d’autres, véritable métaphore de la condition humaine dont le poète s’échappe par le voyage.

Crédits photos © Skibreck

Vous aimerez cette croisière

Croisière Yachting en Croatie de Dubrovnik à Zagreb
Croisière Yachting en Croatie de Dubrovnik à Zagreb
Europe

Yachting

Croisière Yachting en Croatie de Dubrovnik à Zagreb
  • Vol inclus
  • 10 jours / 9 nuits

Découvrez : Croatie, MER ADRIATIQUE

Prochain départ :

25/07/2024

  • Départs disponibles :
  • 2024 : Juillet, Aout
  • 2025 : Mai, Juin, Juillet, Aout, Septembre

Voyagez à bord du :

M/Y Adriatic Blue

M/Y Adriatic Blue

À partir de

3640 €

Le ressac

Copyright © 2024-present Magento, Inc. All rights reserved.